LES ENGOBES

LES ENGOBES

 Les engobes sont composés d’argiles liquides naturelles ou colorées naturellement voire artificiellement. Ils s’utilisent pour le décor sur terre crue.

 Il doit avoir le même coefficient de retrait que l’argile sur lequel il est appliqué.

Sa consistance peut varier en fonction de l’effet souhaité et de l’application, mais en règle générale, elle se rapproche de celle de la crème fraîche liquide.

 Pour une seconde cuisson « grès » veiller à utiliser un engobe de terre pouvant cuire à haute température. Pour cela, tamiser un peu de poudre de terre grès, lier avec de l’eau et de la solution d’encollage. Ajouter ou non des oxydes pour donner de la couleur (ne pas utiliser l’oxyde de cuivre qui se volatilise à 1100°).

 A l’atelier, nous connaissons :
         - les engobes naturels (différentes terres liquide diluées puis tamisées).
         - les engobes colorés  (avec des oxydes colorants – à préparer à l’atelier)

         - les engobes tout prêts en pot (une grande variété de couleurs)

La composition d’un engobe doit être telle que :

-      Il recouvre la pièce d’une couche d’une épaisseur convenable et de la couleur désirée.

-      Il adhère à la pièce durant le retrait qui accompagne le séchage et la cuisson.

-      Il se vitrifie à la même température que celle du tesson.

L’engobe se passe sur terre crue.

 Il convient d’adapter la composition de l’engobe au retrait du tesson (dans le cas où la pièce est totalement  recouverte d’engobe). Egalement dans le cas du grès.

 Epaisseur de l’engobe :

Il faut que l’engobe soit de la bonne épaisseur pour la décoration. (Pas d’excès non plus, il se décolle). Pour engobes en pot passer minimum 3 couches surtout sur terre rouge.

Si la couche est trop mince la couleur du support transparaîtra (cela peut être intéressant avec la terre blanche). Si elle trop épaisse, elle risque de se craqueler.

Pour effectuer des tracés (à la poire) l’engobe doit être assez épais pour ne pas couler, mais suffisamment liquide pour ne pas obstruer lors de l’utilisation de la pipette, (on peut ainsi recouvrir une zone de taille moyenne tout en restant régulier dans l’application – mais il faut un bon souffle !).

 Applications :

Les engobes s’appliquent généralement sur terre humide (consistance du cuir).

En atelier nous devons utiliser l’engobe après avoir humidifié le tesson qui, pour la plupart du temps est bien  trop sec.

Si on l’applique sur un pot sec, il risque fort de se craqueler en séchant et en se resserrant, car le pot se sera déjà rétracté.

 

L’engobe se déposant au fond du récipient remuez-le souvent au cours de l’utilisation.

 

Différents types d’application :

 

Arrosage, trempage (attention : ces deux techniques nécessitent un tesson au bon degré de séchage difficile à avoir en atelier). Si deux couches sont nécessaires, attendre quelques heures avant de passer la 2ème couche.

Pour le trempage, prévoir un récipient suffisamment grand pour ne pas entrer en contact avec les parois.

Conseil aux tourneurs, prévoir une prise à sectionner par la suite.

Il est intéressant de ne pas tout engober.

Technique délicate, qui demande de tester la consistance de l’engobe avant de travailler sur la pièce.

 Pulvérisation : l’engobe doit être obligatoirement très finement tamisé et surtout ne pas être trop épais. Il se passe à la pipette à bouche. Attention : bien la nettoyer après l’emploi !

Egalement au pulvérisateur… ! Attention à ne pas mélanger avec les émaux.

Idéal pour les grandes pièces où le trempage est difficile… c’est beaucoup plus régulier.

Attention aux coulures ! attendre entre chaque couche.

Utilisation de pochoir (en plastique, ou simple morceau de papier humidifié pour l’adhérence etc..)

Même chose avec une brosse à dents – les taches sont plus irrégulières pour des décors.

C’est une technique facile qui permet de colorer les pièces sans trop d’échec comme certains le craignent avec l’émaillage. On peut faire des dégradés de couleurs, des superpositions intéressantes. (Mais il n’y a pas de transparence).

 Pinceau : il permet le décor suivant votre dessin. Attention sur terre rouge, trois couches seront nécessaires, après la couche d’eau.

Attendre impérativement que la première couche soit sèche avant de passer la suivante.

 A la poire à engobe : Les tracés sont réalisés à l’aide d’une poire – l’engobe doit avoir la bonne consistance (pas trop liquide – faire des essais).

L’engobe sera posé à la poire, sous forme d’un cordon ou de points, on peut ainsi réaliser des cloisonnements qui pourront être remplis d’émail après la première cuisson.

 Coulures et marbrures : A travailler sur terre mouillée - recouvrir d’engobes de couleurs différentes répartis au hasard on provoque des mouvements qui mélangent et forment des décors uniques.

J’aime mettre une couche d’engobe blanc pour le fond… le résultat est me semble-t-il meilleur.

Il est possible de compléter le décor par un dessin à l’aide d’un oxyde quand la pièce est sèche.

 Par remplissage : Sur le tesson encore très humide prévoir des dessins gravés. (les gravures doivent avoir une certaine profondeur pour un meilleur résultat) Les remplir d’engobes – laisser sécher – enlever le surplus au ponçage sur la surface plate – le décor apparaît en couleur.

Pour graver, on peut utiliser des végétaux par estampage… des outils, des tampons, marques en tout genre.

Il peut y avoir plusieurs sortes de remplissage :

En décor creusé, prévoir un engobe assez épais

En décor estampé, au contraire prévoir un engobe plus liquide pour un ponçage plus facile.

 A l’éponge : on choisira une éponge en fonction du résultat demandé – l’application se fera par touches (penser à humidifier).

Coloration d’un engobe :

Les engobes peuvent être colorés avec les oxydes colorants. Les couleurs qui en résultent sont celles des oxydes, leur intensité dépendra du pourcentage d’oxyde dans le mélange. Ce pourcentage se situe entre 1 et 10 %.

En atelier, il est difficile de quantifier, aussi on peut mesurer « à la goutte ».

 Décoration

On peut faire des décorations en épargnant certaines zones du tesson en masquant avec   papier mouillé, du latex etc sur le tesson humide.

On peut également tracer des traits sur l’engobe humide à l’aide d’un outil pointu (genre brochette bois) afin de retrouver la couleur initiale du tesson (technique « sgrafitto »).

 Mocha Tea (ou Moka Tea) : C’est une technique qui consiste à verser de un mélange d’oxyde coloré et de jus de tabac (on peut utiliser du citron, du vinaigre etc… tout ce qui est acide) sur un engobe humide. La solution s’étale sur l’engobe et produit un motif ramifié en forme de fougère, végétaux. C’est une technique un peu délicate.

Grattage : Pour obtenir des effets décoratifs, on peut enlever l’engobe par grattage, ce qui laissera apparaître en partie la terre de base.

Exemple, engober un tesson en entier à la pipette, ou mis sur une tournette au pinceau… puis décorer (« sgrafitto »)

On peut également faire un lavis d’engobe pour le fond… et peindre en dégradé de couleur comme en Aquarelle mais seulement sur terre blanche.

Après séchage, la pièce sera biscuitée.

Emaillage final

 Les couleurs des engobes n’atteignent leur pleine intensité que recouvertes d’un émail transparent. (Type couverte transparente brillante Faïence.)

En fonction du type de décor, on peut également ajouter a la couverte un peu d’émail transparent pulvérisé pour donner une couleur de fond.

 On peut également utiliser les engobes comme base de décor, qu’on complètera après cuisson de couleurs à « peindre sur ou sous émail ».

Pour résumer

1ère étape : modelage de la pièce

2ème étape : a consistance cuir (dur mais pas sec) = passer l’engobe.

A l’atelier quand la pièce est sèche et poncée on passe les engobes après avoir humidifié la zone à engober.

3ème étape : biscuit

4ème étape : émaillage avec ou sans décor supplémentaire.

5ème étape : 2ème cuisson

L’engobe se passe de différentes consistances en fonction du mode de décor et du résultat souhaité, mais toujours à cru

Défauts possibles :

Si l’engobe coule, ne pénètre pas en cours d’engobage :
La terre est trop humide, laisser raffermir.

 Si l’engobe s’écaille en cours de séchage :
La terre est trop sèche et les retraits de la terre et de l’engobe sont différents.
C’est souvent le cas des terres chamottées, alors associer les mêmes terres et les mêmes engobes.

 Si la couleur de l’objet transparaît sous l’engobe :
La couche d’engobe est insuffisante ou irrégulière, ou l’engobe n’est pas assez opaque.

                                                                                                                                                    Mars 2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site